L'actualité stéphanoise

Le blog est libre et ouvert à vos articles : critiques, focus, interviews, promotion, bons plans, coups de coeur, coups de gueule, etc... Envoyez-nous vos suggestions par e-mail !

Youn Sun Nah au Rhino Jazz 2017
Samedi 07 octobre 2017

Crédit Photo : Julien MANEVY - Photographix Event

 

Youn Son Nah est chanteuse de jazz sud-coréenne. Elle a choisi Paris, ici en France pour vivre sa passion, le jazz. Auparavant, dans son pays, elle a travaillé dans la mode, apparaît comme maman dans des comédies musicales mais en 1995, elle décide de prendre un tournant : elle vivra à Paris et chantera du jazz, sa vraie passion musicale. Née à Séoul de parents musiciens, elle s’est fait connaître en 2001 avec un premier disque et a connu le succès en France et en Allemagne il y a 6 ans avec l'album Same Girl (disque d’or)

Le public est venu en masse succombé au son de sa voix.  La grandeur de la file d'attente 1 heure avant le début du spectacle en disais long sur la foule.

Monsieur Chazalon a lancé le festival pour nous présenter la soirée en nous rappelant l'anectote des grand débuts de cette chanteuse "diva" .Ainsi le Rhino conviait pour la première fois cette jeune chanteuse à se produire dans la petite église de Pavezin en 2003. L'assemblée à été subjuguée un peu à la manière d'une apparition à Lourdes.

Depuis, Youn Sun Nah est devenue la chanteuse de jazz la plus récompensée au monde, forte d’une vaste discographie multi-primée et de plus de 500 concerts joués à guichet fermé sur toute la planète.

Lors de son entrée en scene sous une salve d'applaudissements, la chanteuse et de ses musiciens (Frank Woeste, Christopher Jones, Tomek Miernowski et Ben Perowsky) Tout en douceur, presque timide, l’artiste sud-coréenne a lancé cette soirée d’ouverture du 39e festival Rhino Jazz(s).

Elle nous oriente rapidement vers des sonorités folk rock venues tout droit des États-Unis. Son répertoire : des compositions originales et des reprises de pointures telles que Joni Mitchell, Jimi Hendrix, Lou Reed;etc...

Le public n’a pas mis longtemps à plonger dans cette ambiance jazzy cosy. Comment ne pas être séduit par la voix pure et habitée de Youn Sun Nah, alternant puissance et douceur ?

Autour d’elle, pour sublimer son talent, du très, très bon. Piano, contrebasse, batterie, guitare, et, derrière, le genre de musiciens à retourner une salle en un solo. Un jeudi soir hors du temps, un régal de voyage sur la planète jazz. Que dire de plus quand au second rappel elle interprête avec une sincérité inégalé le fameux "avec le temps" de Léo Ferrer un titre phare de la grande chanson francaise. Une coréenne plus francaise encore que le plus commun des francais. Merci à toi Youn Sun pour cette soirée d'anthologie.....et que le Festival continue !

Article proposé par Michel Yves