SAINT-ETIENNE, MA VILLE

saintéVille aux sept collines, construite le long du Furan, Saint-Etienne est située au cœur du Forez, au pied du Pilat et du Jarez. Elle est la capitale de la Loire, pour ne pas dire la préfecture de ce département localisé dans la région Rhône-Alpes.

Le Furan est un torrent que Jules César a comparé à une Furi et qui descend tout droit des hauteurs du Pilat. C'est grâce à la pureté de ses eaux que Saint-Etienne a pu s'installer et développer le travail de la métallurgie. Aujourd'hui, cette rivière est très polluée. Elle est recouverte en grande partie sur le territoire stéphanois. Elle se jette dans la Loire à Andrézieux.

La ville se situe à 550m d'altitude en moyenne, 450m au plus bas et 650m au plus haut. Autant vous dire que Saint-Etienne n'est pas une ville plate et qu'il faut de bons mollets pour arpenter ses rues.

Ses habitants sont appelés les stéphanois et sont aujourd'hui au nombre de 175000 environ. Malheureusement, la commune se dépeuple. Elle a connu jusqu'à 223000 habitants dans les années 1960. Aujourd'hui, le bassin de vie stéphanois en compte environ 400000.

fontaineSaint-Etienne est une ville multiculturelle. Elle a accueilli tout au long de son histoire de multiples vagues d'immigrés venus d'Italie, d'Europe de l'Est, du Maghreb... Cette ville s'est construite aussi grâce à l'exode rural et des populations de la Haute-Loire et des campagnes alentour qui sont venues trouver du travail. Ce mélange fait que la population stéphanoise est brassée et que les différentes communautés vivent ensembles. On dit de Saint-Etienne que les gens sont simples, humains et généreux dans l'effort. Ce sont des caractéristiques principalement liées au passé ouvrier et notamment à la mine où la solidarité entre les hommes était très forte.

Quand on se promène dans la ville, on peut encore voir les traces du passé ouvrier. Au Clapier par exemple, il y a le Puits Courriot reconverti en musée de la mine avec en arrière plan les deux mamelles de Saint-Etienne, à savoir deux gros crassiers. On peut voir quelques autres crassiers du coté de Méons, en direction de Sorbier ou de la Ricamarie.




Saint-Etienne bénéficiait de l'image d'une ville noire. Aujourd'hui ça n'est plus le cas puisque les façades des immeubles ont été nettoyées. En centre ville certains bâtiments ont même pris des teintes jaunes. Le tram n'a jamais quitté Saint-Etienne. Il traverse la ville du nord au sud empruntant la Gran'Rue, une rue en ligne droite qui fait 7 km de long. Une seconde ligne l'a rejoint et descend jusqu'à la gare de Châteaucreux. En parlant de gare, Saint-Etienne est une ville curieuse, car elle possède 5 gares SNCF sur son territoire. C'est d'ailleurs ici que la première ligne de chemin de fer française a été construite, reliant la Terrasse à Andrézieux en 1823.

Histoire de Saint-Etienne

L'histoire de l'industrie a confectionné Saint-Etienne. Rue des Armuriers, rue des Acieries, rue des Teinturiers, rue des Passementiers, rue des Forges... Ce sont des noms de rues de la ville qui n'ont pas été donnés symboliquement en hommage à ces noms d’activités mais bel et bien parce que ces activités structuraient et animaient ces rues. On peut aussi passer sur le boulevard des Mineurs, le boulevard Etienne Mimar ou encore la rue Thimmonier. Saint-Etienne au cours de son histoire changea de nom à de multiples reprises. Les premières traces écrites sur Saint-Etienne mentionnent le nom de Saint-Etienne de Furan en 1258. Durant la révolution française, elle fut appelée Armeville ou Commune d'Armes et plus récemment Saint-Etienne sur Loire entre 1969 et 1970. Enfin on l'appela Saint-Etienne tout simplement. Saint-Etienne annexa durant sa croissance un grand nombre de communes alentour. Ces dernières sont devenues des quartiers comme Montaud, Valbenoîte ou encore Terrenoire...

Quelques activités ont particulièrement marqué le territoire stéphanois par leur importance mais aussi par leur ampleur car elles avaient une dimension nationale voire internationale.

La mine

mineLa mine fut l'une des activités principales de Saint-Etienne. Au XIXème siècle, le bassin houiller stéphanois fut même le plus gros de France. Rien qu'à Saint-Etienne, il y avait plus de 192 puits de mine. Emile Zola serait venu prendre des notes dans la région stéphanoise pour écrire son roman documentaire « Germinal » et décrire les conditions de vie et le travail des mineurs. La mine a façonné le paysage stéphanois laissant derrière elle des crassiers. Il s'agit d'énormes tas de crasse de charbon résultant de la technique à explosion utilisée durant les dernières années d'exploitation. A la Ricamarie, on peut voir aujourd'hui une mine à ciel ouvert qui exploite un énorme crassier. Les stéphanois sont fiers de ce passé car le travail dans la mine était très dur mais il ne faut pas oublier que la mine emporta un grand nombre de mineurs suite aux explosions imprévisibles de certains gaz ou autres. Le dernier puits de mine, le puits Pigeot a fermé en 1983.

La passementerie et la rubanerie

La passementerie occupa une place importante à Saint-Etienne. Elle fut d'ailleurs très renommée à partir du début du XIXème siècle grâce à la fabrication de rubans.

Les armes

Saint-Etienne fut la capitale des armes française. Elle développa ce savoir-faire au fil des siècles et Louis XV fit construire la Manufacture Royale en 1764. Les armes de l'armée furent longtemps fabriquées dans ce lieu investi par le GIAT par la suite. Par ailleurs, un grand nombre de petits artisans étaient spécialisés dans la fabrication de fusils de chasse et autres armes pour le loisir. Manufrance en faisait d'ailleurs fabriquer un grand nombre, sous-traitant cette fabrication aux artisans. Aujourd'hui, le GIAT n'est plus, mais on continue à fabriquer des armes pour le loisir.

le cycle

Saint-Etienne fut la capitale du cycle. Dans chaque rue de la ville il y avait des ateliers. L'un fabriquait des rayons, l'autre montait le cadre, le vélo était roi. Il y avait des marques de prestige comme Mercier ou aujourd'hui Stronglight qui fabriquaient des pédaliers hauts de gamme. Manufrance œuvra aussi beaucoup dans ce domaine.

Bien entendu, les activités de la région stéphanoise ne sont pas simplement limitées à celles exposées. Un grand nombre d'artisans et de petites entreprises furent et sont encore présentes sur le territoire et le font vivre de leur savoir-faire.

Le renouveau stéphanois passe aujourd'hui par le design. Saint-Etienne a toujours été précurseur dans ce domaine, grâce à l'industrie où il fallait sans cesse innover. La cité du design qui a pris place dans les locaux de l'ancienne manufacture d'armes en est aujourd'hui le symbole. Étant donné le savoir-faire en matière de textile, certaines industries en ont profité et ont trouvé de nouveaux débouchés. De grandes entreprises spécialisées en tissu médicale ont ainsi réussi à rebondir suite à la crise industrielle.

Région stéphanoise

Saint Etienne est entourée par des massifs de moyenne montagne ce qui lui confère une morphologie vallonnée.

saintéLa périphérie stéphanoise est marquée part la présence de la nature. Le Parc Naturel du Pilat est situé au sud de la ville. Il s'agit d'un secteur de nature sauvegardé. Il permet aux stéphanois de se ressourcer en quelques minutes à pied ou en voiture. Le Pilat commence aux portes de la ville et matérialise la frontière entre le bâti et la nature. Véritable contraste que l'on peut admirer grâce aux vues que nous proposent les rues du centre ville ou à l'inverse, du Guizey et autres points de vue sur la ville. saintéA quelques minutes de voiture, on trouve le Gouffre d'Enfer en contrebas de Rochetaillée, un petit village médiéval et qui propose des paysages merveilleux et des promenades à couper le souffle en bordure de la ville.

Les Gorges de la Loire sont situées à une quinzaines de kilomètres. Elles offrent un paysage spectaculaire et protégé qui serpente au fil des méandres du fleuve entre Aurec-sur-Loire, Saint-Paul en Cornillon, Unieux et Chamble. On peut admirer quelques édifices médiévaux sur Saint-Paul en Cornillon et Chamble dont le château d'Essalois qui propose au promeneur un fantastique panorama sur la Loire et le barrage de Grangent. Saint-Etienne possède même un port de plaisance sur la commune de Saint-Victor.

Souvent, on assimile Saint-Etienne au Forez. Il n'est pas rare d'entendre les commentateurs de football parler des foréziens quand les verts jouent. Les Monts du Forez sont en effet juste à proximité, tout comme la plaine du Forez qui prolonge la ville au-delà de ses limites nord. On y trouve des villes comme Andrézieux, Montbrison (qui fut préfecture de la Loire avant Saint-Etienne) mais aussi un grand nombre de communes anciennement rurales et qui ont vu la population stéphanoise migrer vers elles au sein de nombreux lotissements. Le Forez est reconnu pour ses produits du terroir comme la fourme de Montbrison, son saucisson ou encore le côte du Forez. Le Jarez est quand à lui situé du côté des monts du lyonnais à l'est de la ville et propose un grand nombre de vergers de pommiers, abricotiers, pêchers et autres fruitiers agréables à consommer durant la saison.

Saint-Etienne est bordée de deux grandes vallées. La vallée du Gier, rivière qui se jette dans le Rhône et bordée par des villes comme Saint-Chamond ou encore Rive-de-Gier. De l'autre côté, il y a la vallée de l'Ondaine, une rivière qui se jette dans la Loire. Dans cette vallée se trouvent les communes de La Ricamarie, le Chambon-Feugerolles, Unieux mais aussi Firminy et ses constructions de Le Corbusier qui attirent des touristes du monde entier. En effet, c'est à Firminy que se trouve l'œuvre la plus complète de l'ingénieur. On peut y voir une unité d'habitation, une maison de la culture, un stade et l'Eglise Saint-Pierre finie en 2006.

Culture stéphanoise

La langue parlée dans la région stéphanoise est le Gaga. Il s'agit d'un subtil mélange de mots et d'expressions tirés du patois, du français, des activités industrielles et minières passées, du milieu rural environnant mais aussi du brassage culturel de la ville. « Fouilla! », « Baraban » « babet » ou encore « beauseigne » sont des exemples bien connus de tous.

saintéQuelques stéphanois ou assimilés comme tels se sont fait remarqués, de par leur activité, leurs idées, leurs actes et ont marqué l'histoire. On peut ainsi citer des musiciens comme Bernard Lavillier, Michaël Furnon (leader du groupe Mickey 3d), Dub Incorporation, ou encore Jules Massenet, l'un des compositeurs de musique classique les plus joués dans le monde. Saint-Etienne est une ville ou le sport tient une grande place. Sans surprise, on peut citer des footballeurs pur souche qui ont marqué leur époque comme Georges Berreta ou aujourd'hui Loïc Perrin. Mais d'autres athlètes s'illustrèrent comme Driss Maazouzi en Athlétisme qui a été champion du monde et de France à plusieurs reprises du 1500m ou encore Roger Rivière en tant que coureur cycliste. Cyril Dessel fait aussi parler de lui dans les pelotons et a brillé sur le tour de France à plusieurs reprises.
Terre industrielle par excellence, de nombreux inventeurs et grands patrons ont participé à l'essor industriel de la France. Barthélémy Thimonnier fut l'inventeur de la machine à coudre. Etienne Mimard et Pierre Blachon furent les fondateurs de la Manufacture d'Armes et de Cycles de Saint-Etienne 1885, devenue Manufrance en 1947 qui était précurseur pour la vente par correspondance.

sainteSaint-Etienne accueille aussi quelques belles plumes ou des personnalités ayant un bon coup de crayon comme Pierre Tranchan auteur de « Marine », « l'Ecole Abracadabra », « Les Profs »... Jules Vallès passa son enfance à Saint-Etienne. Il fonda le « Crie du Peuple ». Il écrivit un grand nombre d'ouvrages et fut élu à Paris avant d'être condamné à mort car il fut un leader de la Commune.
Quelques personnalités politiques ont marqué le paysage stéphanois. Sanguedolce fut un maire communiste de 1977 à 1983 et homme politique et syndicaliste français ayant commencé comme mineur. La famille Durafour dont le père, Antoine, fut maire de la ville mais aussi ministre du travail (1925-1926). Son fils, Michel, fut député de la Loire, Sénateur mais aussi membre des gouvernements de Chirac, Barre (1974 à 1977) et Rocard (1988).
Il y a aussi quelques personnalités célèbres originaires de notre beau pays comme Pierre Cardin (couturier), Pierre Gagnaire (cuisinier), Difoul (animateur radio) ou encore Henry's (funambule) ce qui montrent au monde entier la richesse de notre territoire grâce à leur renommée.

crassiersLa région stéphanoise compte de nombreux musées, le plus récent étant la cité du Design. Le musée d'Art Moderne, bâtiment noir en forme de morceau de charbon compte la plus grande collection d'Europe d'œuvres de ce style. Enfin, le musée d'Art et d'Industrie est le garant du passé de la ville et propose des collections d'armes, de cycles, de passementerie retraçant l'évolution de l'activité sur le territoire et ses alentours. Le musée de la mine du Puits Courriot permet quant à lui de se replonger dans l'univers des mineurs grâce à sa galerie aménagée. Il est possible de visiter aussi le musée de la mine de la Ricamarie qui lui est tenu par d'anciens mineurs.

La région stéphanoise bouge beaucoup. On peut citer quelques radios qui animent la vie locale des stéphanois comme Activ Radio, Radio Scoop ou encore Radiodio.
Elle compte de nombreuses petites salles de concert (le triomphe, l'Assommoir, La Forge, le Prieuré), des Maisons de la Jeunesse et de la Culture (Beaulieu, la Métare...) qui permettent à des artistes en devenir de pouvoir s'exprimer. Aux détours de quelques rues piétonnes et notamment celle des Martyrs de Vingré mais aussi des places du centre ville comme Jean Jaurès ou Chavanelle, de nombreux pubs et bars animent les soirées stéphanoises. Il y fait bon vivre et il n'est pas rare de voir les terrasses remplies en fin d'après-midi car il est agréable d'y boire un coup après le boulot.
Des grandes constructions comme le Zéntih, les maisons de la culture (à Saint-Etienne et Firminy), le FIL ou encore le Firmament, accueillent des spectacles plus importants et des artistes de renommée nationale et internationale.
De nombreuses amicales laïques sont installées dans la plupart des quartiers de chaque commune et permettent aux associations locales de fonctionner ainsi qu'aux boulistes d'exercer leur sport. En matière de sport, l'un des sports pratiqué sur Sainté est la sarbacane. Cette curiosité est due au fait que les mineurs appréciaient ce sport qui leur permettait de décrasser leurs poumons.

stadeAutre lieu populaire et incontournable de la ville, le stade Geoffroy Guichard qui accueille les matchs de l'ASSE et bouillonne régulièrement grâce au soutien sans faille de ses supporters.

On pourrait dire que les stéphanois sont amoureux de leur ville, de leur région et comme le disait cette citation de Bernard Lavilier, « On n'est pas d'un pays, on est d'une ville ».

Voici quelques sites internet bien utiles si vous souhaitez connaître un peu mieux notre ville, son histoire et sa région :


Généralités :

Page Wikipedia
Forez Info
Page Wikipedia du Forez
Page Wikipedia du Pilat

L'histoire

EMSE
Wikipedia
Page Perso

Si vous souhaitez parler Gaga, n'hésitez pas à consulter ces pages:
Page Wikipedia du Parler Gaga
Ainsi qu'un dictionnaire du Gaga:
Wiktionary